Restauration scolaire

Menu du mois en cours

Menu du mois + 1

LISTE DES FOURNISSEURS (mise à jour du 27 juillet 2014)

BIOCOOP: plateforme nationale de Rennes distributeur de fruits et légumes et d’épicerie bio http://www.biocoop.fr/biocoop/activites/restauration-collective
La totalité (sauf imprévus de dernière minute) de nos approvisionnements en fruits et légumes frais, ainsi que des légumes secs et des pâtes (sauf la semoule) provient de cette plateforme.

TERROIRS ARIEGE PYRENEES: plateforme ariégeoise de distribution de produits locaux (bio ou pas) à destination des collectivités   http://terroirs-ariege-pyrenees.jimdo.com/
Quelques exemples de produits distribués par la plateforme que nous utilisons: poulets fermiers du GAEC de Peychou à Raissac, oeufs bio de la ferme St-Pierre à St Martin d’Oydes, Bethmale de vache au lait cru Bethmale, cochon de la charcuterie Cazaux, saucisson du Couserans, etc.

POMONA PASSION FROID: grand groupe de distribution national, qui propose une gamme de produits élaborés par l’industrie agro-alimentaire. Quelques exemples de produits « industriels » utilisés: friand au fromage, paupiettes, pané de poisson, glaces, desserts, laitages, fromages, etc. mais aussi les légumes surgelés issus de l’agriculture bio « industrielle »: petit-pois, haricots verts, chou-fleur, épinards, le plus souvent originaires du nord de l’Europe.

SCEA de CARAUD: Eleveur de bovins en bio au Fossat. Tous les mois, nous assurons un service de boeuf, un service de veau, et un service à base de viande hachée (steack haché, hachis parmentier, pizza bolo, spaghetti bolo, etc.)

Jean-Jacques MATHIEU: agriculteur/producteur de farine bio à Tréziers (11)

BOULANGERIE DAUBERSIES: Lavelanet

HARMONIE PRAX: Fromage de chèvre de Montferrier. Tous les mois, nous proposons un service de tomme de chèvre au lait cru.

Le lait bio UHT est acheté en PMS.

Il ressort de l’observation de nos menus que, de manière générale, un produit d’origine industrielle est servi par repas, le plus souvent en entrée ou en dessert. Cette tendance est vouée à s’infléchir, l’idéal par rapport à notre démarche étant de supprimer définitivement les préparations industrielles, mais cela semble très difficile à atteindre, tout au moins dans un avenir proche. Cependant, un pointage effectué sur les achats denrées sur une année (2012-2013), faisait apparaître (en terme de coût) une part de produits bio à hauteur de 50%, tandis que bio et local confondus atteignaient plus de 60%. Nous n’avions pas alors opté de travailler avec la plateforme ariégeoise, ce qui est fait aujourd’hui.